menu
 

Poésie n° 5 : La chatte de Colette ( extrait )

 

    La chatte jaillit de l’ombre, presque sous ses pieds,

Courut quand il courut, le précéda à longues foulées.

Il la devinait sans la voir, elle fit irruption avant lui dans le hall

Et revint l’attendre en haut du perron.

Le jabot gonflé, les oreilles basses,

elle le regardait accourir en le provoquant de ses yeux jaunes,

Profondément enchâssés, soupçonneux,

Fiers, maîtres d’eux-mêmes.